Quels sont les droits du travailleur en intérim ?

Les travailleurs en Intérim bénéficient des mêmes droits que les salariés qu’ils remplacent au sein de l’entreprise notamment dans les domaines de la rémunération, mais aussi de la durée du travail, du repos hebdomadaire et de la santé au travail.

Le salarié en intérim est affilié à la sécurité sociale, à une retraite complémentaire et peut bénéficier d’une mutuelle complémentaire par le F.A.S.T.T (Fonds d'action sociale du travail temporaire). Le travailleur intérimaire peut également prétendre à bénéficier d’actions de formations comme la VAE (validations des acquis de l’expérience), un congé relatif à un bilan de compétence (C.B.C.), ou un congé individuel de formation (C.I.F.).

En ce qui concerne les rémunérations, la loi prévoit deux types de primes pour le salarié en intérim :

  • La prime de fin de mission équivalente à 10 % de la rémunération brute pour tous les contrats qui ne sont pas reconduits en C.D.I.
  • La prime de congés payés qui est égale à 10 % de la rémunération brute quelle que soit la durée de la mission.

De même, le travailleur en intérim a le droit de voter et d’être élu représentant du personnel. Pour être électeur, il doit cependant avoir effectué 3 mois de mission au cours des 12 derniers mois. Et pour être éligible, il doit avoir effectué 6 mois de mission au cours des 18 derniers mois.

De plus, tous ses équipements de sécurité lui sont fournis par l’entreprise. Et en cas d’accident du travail ou de maladie professionnelle, l’intérimaire touchera des indemnités journalières versées par la sécurité sociale ainsi qu’une indemnité du régime complémentaire conventionnel.

Pour en savoir plus sur les droits des intérimaires, consultez le site Service-Public.fr.